Même chose, même combat ? Exemple de comparaison raciste

Il y a quelques jours, le 5 mai, une image a été publiée par un éditeur suisse dont je tairai le nom.

Racisme dans le spécisme

Ce genre d’image est emblématique d’un problème récurrent dans la lutte antispécisme sur lequel nous reviendrons dans un article ultérieur, concernant spécifiquement la question des comparaisons entre les génocide que furent l’esclavage et la Shoah et l’exploitation animale, et en particulier l’abattage de ces derniers.

Pour l’heure, concentrons-nous sur cette image en particulier et les problèmes qu’elle soulève.

Un des problèmes de cette image est que deux situations qui diffèrent l’une de l’autre sur plus d’un point sont mises en parallèle de façon très superficielle.
Le lynchage des noirs (essentiellement des hommes) prenait place dans un contexte où ces derniers n’étaient pas considérés tout à fait comme humains, pendant l’esclavage et après son abolition de façon légale, encouragée et « gratuite ». C’est le racisme qui justifiait ces actes de torture et de barbarie précédant ces meurtres de masse. Et il ne faut pas oublier que la plupart des lyncheurs faisaient ça pour le plaisir, rien que pour le plaisir de tuer des noirs. Pas pour manger, pas pour s’habiller. Par plaisir, en se dissimulant derrière des lois, des justifications mensongères, et l’idée selon laquelle les noir-e-s sont inférieur-e-s aux blanc-he-s.
Un petit mot quand même à propos des humains qui tuent par plaisir : les chasseurs, les toréador et les apprentis tueurs en série. Ces trois catégories de personne n’ont pas la haine comme raison profonde pour leurs gestes. À l’exception des futurs tueurs en série qui se font la main sur les animaux avant de passer aux êtres humains (bon… ces gens sont majoritairement mus par la misogynie mais c’est une autre histoire), les chasseurs et les toréros essayent toujours de persuader le monde qu’ils « aiment les animaux ». Entendra-t-on un jour un membre du KKK affirmer qu’il « aime » les noir-e-s ?…
D’ailleurs, la comparaison qui est ici faite entre la personne lynchée par la haine et le porc tué pour sa chair est on ne peut plus déplacée en regard de ce qu’a été l’histoire de la négrophobie et du racisme en général. Notons qu’il est loin d’être anodin de comparer les noirs aux porcs dans la mesure où le racisme s’est essentiellement basée sur un amalgame entre racisé-e-s et animaux. Et c’est un problème encore plus grand quand on sait que beaucoup de noir-e-s sont musulman-e-s ! Les racistes sont toujours prompt à comparer les non-blanc-he-s à des animaux pour bien montrer à quel point illes ne sont pas dignes de posséder des droits humains basiques, comme celui de vivre.

Et je rappelle tout de même qu’il arrive encore que certaines espèces animales soient bien mieux traités que certains humains. Quoiqu’on en dise.

Ensuite, la réification / objectification des corps pour les utiliser pour une campagne marketing choc  rend cette image aussi raciste que spéciste. Il serait peut-être temps de cesser d’utiliser les corps (surtout sans vie) pour vendre ou pour convaincre. Au-delà d’une question de décence, c’est une question de cohérence.

Enfin, l’image relègue la question du racisme à une problématique passée depuis deux siècles et banalise cette dernière et ses conséquences qui sont encore aujourd’hui violentes et meurtrières et ce, dans une indifférence généralisée. Et somme, l’image sous-entend que le racisme n’est plus aussi violent en 2015 qu’en 1815 pour ne pas dire qu’il n’existe plus et qu’il a laissé place au seul spécisme. Remarque : il y a vraiment des « anti-spécistes » qui s’imaginent que le racisme n’existe plus.

Comme je le disais précédemment, l’image laisse à penser que les contextes et idéologies qui sous tendent le spécisme et le racisme ainsi que leur applications concrètes sont parfaitement identiques. C’est loin d’être aussi évident, c’est loin d’être vrai. Ce n’est même pas le cas entre les diverses espèces animales elles-mêmes !
On ne traite pas un cochon comme on traite un chat ou un chien ou une coccinelle ou un corbeau etc. Bref, je m’éloigne du sujet mais je veux juste dire par là que l’on ne saurait réduire la question du spécisme à une image et à une comparaison aussi simplistes.

Comme je le disais, le racisme et le spécisme sont deux notions qui ne se rejoignent que si l’on se contente uniquement de la surface et d’une définition très limitée de ce que sont le racisme et le spécisme. Définitions que voici, selon les personnes ayant relayé l’image :

« Nous considérons que le spécisme (la discrimination fondée sur l’espèce) dans sa négation des intérêts de certains au bénéfice d’autres, en prétextant une différence entre les êtres est analogue au racisme, les deux phénomènes refusant de prendre en compte les intérêts d’un groupe défini pour justifier une forme de domination qui s’exprime par le biais de la violence. »

Cette façon de voir qui nie l’aspect social et systémique de ce phénomène. En plus du fait que l’image semble faire croire que c’est une problématique appartenant au passé et que les cochons, vaches et autres moutons ont remplacé les noirs en tant que victimes de la barbarie dont sont capables les humains. D’ailleurs, je doute qu’ils prennent en compte la violence symbolique (contrôles au faciès, discriminations à l’embauche, au logement, aux loisirs…) qui fait partie intégrante du système raciste.

Vous avez ici des définitions plus fines de ce qu’est le racisme :

Bien sûr, la plupart des véganes coincés dans leurs privilèges ou faisant du colorblind ou tout simplement racistes m’objecteront – comme toujours – que le fait de voir un problème dans ce genre de comparaison ou même dans le fait d’être plus ou moins constamment comparé aux animaux (toujours les mêmes étrangement…) fait de moi une personne parfaitement spéciste. Je pense au contraire qu’il y a un fort problème de racisme très intériorisé dans le principe de ne pas voir de problème dans ce genre de comparaison. Aussi bizarre que cela puisse paraître, on peut à la fois se préoccuper de droits humains et de libération animale !

Je pense sincèrement que l’on avancera bien plus vite si l’on prend en compte l’histoire et la sociologie du racisme.
D’ailleurs, l’oppression animale est déjà en soi suffisamment horrible pour que l’on puisse se passer de ce genre de comparaison inepte et dépolitisée. Les arguments pour la libération animale ne manquent pas me semble-t-il. Si ?
Que l’on cesse donc de marcher sur des personnes toujours opprimées et de s’en servir comme marche-pied pour soulever des problématiques d’autres opprimé-e-s.

Publicités

4 réflexions sur “Même chose, même combat ? Exemple de comparaison raciste

  1. C’est super délicat effectivement ces « comparaisons ».
    Je crois qu’il y a une volonté de bien faire, de dénoncer la violence envers les animaux en utilisant quelque chose qui révolterait à peu près n’importe qui maintenant, et ce dans un but d’efficacité mais aussi parce qu’il y a réellement des parallèles troublants dans les actes et dans les mécanismes d’oppression.
    Cela dit, je crois que c’est quelque chose de tellement complexe, délicat et potentiellement destructeur pour certains catégories de personnes (et en tant que blanche, non juive… je suis consciente que j’ai du mal à réaliser à quel point) qu’il vaut mieux éviter ou alors prendre des pincettes énormes et écouter avant tout le ressenti des personnes directement concernées (quand je vois le sexisme de PETA ou de certains militants par exemple, je m’arrache les cheveux de voir à quel point ils se foutent des remarques qu’on peut leur adresser).
    En tout cas, comme tu le dis à la fin de ton billet, les arguments pour les droits des animaux ne manquent pas de toutes manières…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s